Bienvenue sur le site du SMICTOM Lot-Garonne-Baïze

Vous êtes ici : Accueil /Les déchets, et après? / Les ordures ménagères et assimilés

  • pdf

Le devenir des ordures ménagères résiduelles

Une fois collectées, elles  sont enfouies dans des espaces aménagés, les alvéoles de l'Installation de Stockage des Déchets Non Dangereux (ISDND) de Nicole, site géré depuis octobre 2011 par le SMIVAL47 (syndicat mixte départemental de valorisation et de traitement des déchets ménagers).

L'exploitation de l'ISDND de Nicole : un stockage sous contrôle

Cette installation est soumise à des conditions d'aménagement et d'exploitation très contrôlées afin de maîtriser l'impact sur l'environnement.

La protection des sols

Les alvéoles sont isolées du milieu naturel par de l'argile compactée recouverte de géomembranes qui complètent l'étanchéité de la zone.

La collecte et le traitement des lixiviats

Les lixiviats (eaux de pluie qui ont percolé à travers les déchets et se sont chargées de différents polluants) sont récupérés en fond d'alvéole par des drains.
Des pompes haute pression refoulent ces lixiviats vers un bassin de décantation de 4 480 m3.
Ils sont ensuite traités sur site par une station biologique couplée à de la microfiltration avant leur rejet en milieu naturel.

La récupération et la valorisation du Biogaz

Produit par la fermentation anaérobie des déchets, ce gaz est riche en méthane (gaz à effet de serre très important). Afin de limiter le rejet dans l'atmosphère, un réseau de captage a été mis en place sur l'ensemble du site. Des puits verticaux permettent d'aspirer ce gaz et de le diriger vers une unité de valorisation. Mise en service par le SMICTOM LGB (ancien exploitant de l'ISDND) , elle permet de produire de l'électricité à partir du biogaz par l'intermédiaire de 3 micro-turbines. 


La post-exploitation de l'ISDND de Nicole

Au terme de l'exploitation, vers 2020, les alvéoles seront étanchéifiées et recouvertes d'une couche d'argile et de terre végétale. Des plantations permettront de redonner au site son aspect d'origine.
Comme la loi l'impose, une surveillance sera organisée pendant 30 ans pour vérifier que le site ne porte pas atteinte à l'environnement.